21 juin 2024
débuter la conduite accompagnée

Pourquoi débuter la conduite accompagnée à 16 ans ?

En France, il est de plus en plus difficile d’obtenir le permis de conduire en une seule traite. Nombreux sont les candidats qui échouent et doivent après 5 tentatives repassés le code. On dit même de cette épreuve qu’elle est l’examen le plus difficile de la République. Pour ceux qui ont l’opportunité dès 16 ans, il est possible avec une auto-école de faire la conduite accompagnée après avoir obtenue le code de la route. Cette conduite anticipée s’exerce aux côtés d’un conducteur ayant déjà plus de 3 ans de permis après avoir réalisé les heures de conduites nécessaires en auto-école. Au cœur de cet article, on vous explique pourquoi cette méthode porte ces fruits.

La conduite accompagnée : moins de stress le jour du permis de conduire

La conduite accompagnée induit de facto plusieurs milliers de kilomètres de conduite au compteur. A cet âge-là, le conducteur n’est pas majeur. Pourtant, il a pu s’expérimenter souvent accompagné d’un de ses parents en tant que passager. Les heures de conduite effectuées permettent être d’autant plus à l’aise au volant pour affronter l’épreuve ultime. A ce stade, un mineur ayant effectué plus d’un an et demi de conduite est largement expérimenté. S’il faut à peu près réalisé 40 heures de conduite en agence pour valider son permis, la conduite accompagnée décuple ce nombre d’heures. Il est donc évident que la maturité est au rendez-vous.

 

 Le conducteur acquiert d’excellents réflexes de conduite

Lorsque l’on commence la conduite à sa majorité ou bien après, il y a toujours des réflexes qui sont plus stressants et difficile à concrétiser. Prenant le cas des créneaux et différentes manœuvres en marche arrière. La personne faisant de la conduite accompagnée a donc pu les répéter à maintes reprises et s’entraîner pour l’examen. Elle arrivera donc à les exécuter sans trop de difficultés. Cette habilité et maturité au volant se fera d’emblée ressentir par l’inspecteur au permis de conduite. Il faut comprendre que ces derniers sont aptes à juger si le conducteur est apte à appliquer les règles de sécurité pour lui-même et pour autrui. La conduite accompagnée a un taux de réussite flirtant avec les 100%. Les inspecteurs en sont conscients et apprécient la démarche de ceux qui l’entreprennent tôt.

 

Une démarche plus économique que le permis à la majorité

 La conduite accompagnée est souvent une question de budget dès 16 ans. Pourtant, les parents souhaitant rapidement donner des responsabilités à leur enfants prônent ce modèle économique satisfaisant. En effet, payer la conduite accompagnée à un mineur de 16 ans coûte réellement moins cher que se financer le permis de conduire dès la majorité. Car en cas d’échec, il faut payer des heures de conduite supplémentaire qui coûte plus de 50 euros.

A ce jour, le budget minimum alloué au permis de conduire est de 2000 euros quand la conduite accompagnée démarre à mille euros.

 

Une meilleure compréhension des règles de signalisation et de sécurité

La conduite accompagnée implique directement une sensibilisation plus tôt aux règles de conduite. Cette assimilation qui se fait sur une période de deux ans permet d’intégrer toutes les compétences nécessaires à la conduite en bon père de famille. Très tôt, le mineur se familiarise avec les panneaux, les priorités ou les axes de circulation potentiellement dangereux. Il est certes plus facile avec l’expérience d’affronter un embouteillage ou de faire des démarrages en côte.

 

Tous ces réflexes sont aussi l’occasion de bien cerner les signalisations les plus difficiles à saisir. En effet, lorsque l’âge légal du permis est atteint, le conducteur arrive fluidement à exécuter les gestes tout en lisant les signalisations. Les moments d’hésitations ne se font quasiment plus ressentir et la conduite fluide et respectueuse se fait ressentir par les examinateurs.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *